Actualités

Un hackathon pour « Mieux se déplacer dans les zones peu denses de Normandie » : le Mobil’Hack Normandy

S’il était simple de résoudre le problème de la mobilité dans les zones peu denses, cela aurait certainement été fait depuis longtemps. Les besoins sont connus, les initiatives nombreuses, diverses, inventives, et pourtant le problème persiste. A la veille de la Loi d’Orientation sur les Mobilités, la Région Normandie organise le 4 octobre prochain le Mobil’Hack Normandy. Ce hackathon sur le thème « Mieux se déplacer dans les zones peu denses de Normandie », vise à appréhender le problème d’une manière inédite. A la clé ? Un passeport pour l’expérimentation. 

Des besoins de mobilité pluriels non satisfaits dans les zones peu denses 

 Aujourd’hui dans les zones peu denses, qu’elles soient rurales ou périurbaines, le système de transport public régulier ne permet généralement pas – ou du moins insuffisamment – de répondre à la diversité des besoins de déplacement. Il y est plus difficile qu’ailleurs d’accéder à l’emploi et à la formation, aux soins et plus largement aux services, aux loisirs, etc.

 Les territoires peu denses non couverts aujourd’hui par les autorités organisatrices de la mobilité sont des « zones blanches de mobilité », dans la mesure où aucune autorité n’y est en charge de la problématique des déplacements. En France, 19 millions de personnes habitent sur ces territoires, soit plus d’un quart de la population française. Les solutions de mobilité pensées par les agglomérations de plus ou moins grandes tailles ne fonctionnent pas dans ces zones, qui doivent donc imaginer leurs propres services, adaptés au cas par cas à leur situation géographique, économique et sociale. Malgré un déficit d’ingénierie territoriale, de nombreuses solutions de mobilité y existent, souvent pertinentes mais pas nécessairement coordonnées entre elles.

Parmi les publics les plus confrontés à des besoins de mobilité non satisfaits, citons notamment : 

  • Les jeunes non titulaires du permis de conduire ou non motorisés. Dans les zones blanches, 30% des déplacements des moins de 25 ans sont réalisés en tant que passager d’un véhicule ; 
  • Les personnes âgées non motorisées ou qui ne peuvent / ne veulent plus conduire. Dans les zones blanches, un jour de semaine, 30% des habitants de 65 ans et plus ne sortent pas de chez eux (23% dans les aires urbaines) ; 
  • Quant aux personnes motorisées, habitants ou touristes, c’est davantage la soutenabilité des solutions actuelles qui pourrait être améliorée : pollution atmosphérique, sonore, visuelle ; vulnérabilité énergétique (arbitrage coût du transport / coût du chauffage)… 

La Région Normandie ou le parti pris de l’expérimentation

A la veille de la Loi d’Orientation sur la Mobilité, qui doit renforcer les marges de manœuvre de l’échelon régional, la Région Normandie a souhaité prendre pied sur le sujet. Afin de s’affirmer comme laboratoire d’essai de solutions de mobilité en zones peu denses :  

  • Elle a lancé en avril 2018 une expérimentation de court-voiturage sur le territoire du Roumois, avec la start-up Karos. L’objectif est de proposer tous les jours des trajets permettant de bénéficier de solutions complémentaires aux transports existants.
  • Le 4 octobre 2018, sur suggestion d’Alenium Consultants, elle organise un hackathon sur la mobilité, le Mobil’Hack Normandy. Dans ce cadre, 10 équipes travailleront tout au long de la journée en vue de décrocher le 1er prix : un passeport pour l’expérimentation à l’issue de l’événement. 

Le Mobil’Hack Normandy ou le design accéléré de solutions de mobilité sur mesure pour les voyageurs

  • Un format original, le hackathon, dispositif d’accélération des étapes du développement d’un projet ; 
  • Des équipes pluridisciplinaires : la campagne de communication de l’événement a permis de réunir des profils de participants diversifiés, aux compétences plurielles et complémentaires, à la fois dans et en dehors de l’écosystème des transports ; 
  • La co-élaboration de solutions entre représentants du secteur public et du secteur privé pour mettre au point de nouveaux services devant entrer dans le cadre de la politique publique ; 
  • Un caractère très opérationnel, le résultat des travaux devant donner lieu à une expérimentation ; 
  • Le voyageur comme point de départ de la réflexion. La méthode proposée aux participants repose sur les principes du design thinking, afin d’amener les équipes à se mettre à la place des voyageurs, pour mieux répondre à leurs besoins. 
  • 1 équipe = 1 territoire : afin de garantir des solutions réalistes, ancrées sur des problématiques concrètes, chaque équipe cherchera à répondre aux besoins de mobilité sur un « morceau » de territoire peu dense normand, à savoir un périmètre d’intercommunalité donné. A chaque équipe est affecté un territoire différent. 

Une équipe lauréate gagne un passeport pour l’expérimentation de sa solution, sur le territoire pour lequel cette solution a été imaginée. Deux équipes seront récompensées : 

  • Une équipe de « zone blanche », travaillant sur un territoire ne relevant pas du ressort territorial d’une autorité organisatrice de la mobilité. La Région accompagnera cette collectivité dans la mise au point de son projet et dans la mise en œuvre de cette expérimentation ; 
  • Une équipe Autorité Organisatrice de la Mobilité, à laquelle un coup de pouce financier sera donné pour l’expérimentation de la solution. 

Les résultats du Mobil’Hack Normandy seront annoncés le 04/10 à 21h !

Alenium Consultants accompagne la Région Normandie depuis plusieurs mois dans l’organisation de ce hackathon : entretiens et événements préparatoires, tissage des partenariats, mise au point du dispositif. Appuyés par les équipes de la Région préalablement formées, les consultants d’Alenium Consultants  coacheront les équipes du Mobil’Hack Normandy le 04/10/2018.