Actualités

Une réinvention du modèle économique des réseaux consulaires français

Avec des objectifs d’économies significatives annoncées par l’Etat, il est nécessaire pour les réseaux consulaires français de poursuivre une démarche de recherche de performance et de réinvention de leur modèle économique. Riches d’expertises en formation, en conseil et en digitalisation, les chambres de commerce et d’industrie (CCI) et les chambres de métiers et de l’artisanat (CMA) doivent mener un changement profond de leurs structures et être aux côtés des entreprises et des artisans de leur territoire pour contribuer à pérenniser et à développer leurs activités.

En somme, une série de nouveaux défis se présentent aux réseaux consulaires pour assurer le développement du tissu économique français !

Marseille, 1599 : la première chambre de commerce et d’industrie voit le jour en France. Cette idée se diffuse progressivement sur le territoire national et obtient le statut d’établissement public à la fin du XIXème siècle. Il faut attendre 1960 pour que l’appellation « chambre de commerce et d’industrie », telle qu’on la connaît aujourd’hui, devienne officielle. Avec CCI France et CMA France en têtes de réseau pour porter les intérêts économiques et commerciaux français, l’Etat affirme ainsi l’influence de ces organismes régionaux et locaux qui accompagnent le développement et le rayonnement des entreprises en France et à l’international. 


Trois lois pour comprendre les dernières évolutions réglementaires des réseaux consulaires français

Ces dernières années, les CCI et CMA ont été bouleversées par de nombreuses évolutions réglementaires qui les ont contraintes à revoir leur stratégie, leur modèle économique et leurs missions.

Plus récemment, ce sont trois lois en particulier qui ont modifié le fonctionnement des réseaux consulaires :

  • La loi du 23 juillet 2010 a réformé l’organisation des CCI en renforçant le rôle des CCI régionales au sein du réseau consulaire français. Les CCI et les CMA connaissent également une révision de leur régime de financement avec un aménagement de la taxe pour frais de chambre ;
  • La loi du 14 mars 2016, dans la continuité de la loi promulguée en 2010, a visé à rationaliser les réseaux consulaires en diminuant leur nombre sur le territoire. Désormais, le réseau des CCI et des CMA est structuré entre l’échelle régionale, en charge de la vision stratégique ainsi que des fonctions d’appui et de support, et l’échelle territoriale, garante des activités opérationnelles et des services aux usagers (entreprises, entrepreneurs, porteurs de projet, étudiants, etc.). Le regroupement des CMA départementales en CMA interdépartementales devient autorisé par la loi ;
  • Enfin, la loi « PACTE » en 2019 a impulsé une refonte structurante du réseau. CCI France est propulsée responsable de l’élaboration et du déploiement de la stratégie nationale. Elle gère également le volet financier, en répartissant la taxe pour frais de chambre selon les résultats des CCI, et le volet ressources humaines, en exerçant autorité sur le recrutement de certains cadres et directeurs de CCI. Désormais, le réseau devra financer la mise en œuvre de la Gestion prévisionnelle des emplois et compétences (GPEC) nationale. Le nouveau modèle économique des CCI et des CMA implique également que les chambres peuvent désormais vendre des prestations aux entreprises pour compenser la baisse de leurs ressources. De plus, la loi « PACTE » redéfinit les liens entre l’Etat et les réseaux. Deux documents articulent leurs relations : à l’échelle nationale, avec le Contrat d’Objectifs et de Performance et à l’échelle régionale à travers la Convention d’Objectifs et de Moyens.
    Les  CMA quant à elles ont vu la suppression du stage préalable à l’installation : les artisans peuvent dorénavant s’inscrire en ligne pour faciliter la procédure sans conseil professionnel obligatoire.  Au niveau organisationnel, la loi « PACTE » implique les mêmes changements que pour les CCI, avec CMA France en tête de réseau, une CMA de région et des CMA départementales qui fonctionnent selon le budget d’initiative locale fixé par la CMA de région. Autre particularité, s’il n’y a ni fusion ni mutualisation de CCI et CMA d’un même territoire, les deux réseaux 

Au-delà des évolutions réglementaires, la copie financière du réseau consulaire est également revue… à la baisse : ce sont environ 400 millions d’euros en moins sur la période 2020 – 2023. Plus récemment, le projet de loi finances pour 2021 confirme cette tendance. Par conséquent, les enjeux rencontrés par le réseau consulaire sont multiples, surtout en cette période de crise sanitaire et économique

Un éventail de solutions pour aider les réseaux consulaires à affronter leurs défis

Les défis rencontrés par les chambres sont avant tout économiques : les réseaux consulaires doivent apprendre à générer des ressources en comptant moins sur l’aide de l’Etat. Les motivations économiques de la rationalisation du réseau entraînent inévitablement des bouleversements stratégiques et organisationnels : comment renouveler son offre de services, aligner les effectifs et les compétences et assurer une performance opérationnelle de son organisation ?

Les dernières évolutions règlementaires ont notamment encouragé les chambres à redéfinir leur modèle économique et à restructurer leurs offres :

  • Des offres en formation : Les réformes de l’apprentissage et de la formation professionnelle incitent les chambres à réinventer leur offre de formation, à transformer et à moderniser leurs centres de formation. Les chambres disposent d’atouts importants, elles sont en capacité d’offrir des formations variées, allant du CAP au diplôme d’ingénieur en passant par les business schools, et adaptées aux besoins des entreprises
  • Des services d’appui aux entreprises pour renforcer le dynamisme économique de leur territoire et accompagner les entreprises tout au long de leur cycle de vie
  • Des offres orientées vers la digitalisation, en proposant à la fois des prestations et des formations accessibles en ligne, mais aussi en encourageant les entreprises à adopter le tournant de la transformation numérique. 

Dans ce contexte de profonde transformation, Alenium Consultants a accompagné des réseaux de CCI et CMA dans la définition et la mise en place d’un modèle économique repensé, dans la refonte de l’offre de services et dans la recherche de la performance opérationnelle des réseaux. Notre accompagnement peut porter sur les axes suivants :

  1. Mobiliser les parties-prenantes (collaborateurs, élus, partenaires…) pour identifier les enjeux, partager et aligner les visions, favoriser l’engagement dans le changement ;
  2. Réaliser un diagnostic de l’existant en tenant compte de l’ensemble des dimensions d’une organisation ;
  3. Objectiver le positionnement et la maturité de l’organisation actuelle au regard des meilleures pratiques du marché en s’appuyant sur des benchmarks et analyses comparatives ;
  4. Co construire la cible à atteindre et présenter les facteurs de risques et de réussite ;
  5. Sécuriser le changement, en prenant en compte les impacts des évolutions et en favorisant l’implication et l’adhésion des parties-prenantes.

Notre cabinet a récemment accompagné des réseaux consulaires (CCI Normandie, CCI Hauts de France et CMA Bretagne) pour un accompagnement à la transformation de leur modèle économique et de leur organisation. 

Nos travaux ont permis de :

  • Définir une nouvelle offre de services aux entreprises,
  • Optimiser et réorganiser les fonctions support,
  • Mobiliser les équipes et les accompagner à l'évolution des pratiques et la recherche de performance.

Notre accompagnement a aidé la direction générale et les élus à consolider la vision et l'organisation régionale des réseaux consulaires tout en maintenant un service de proximité aux entreprises dans les territoires.


QUI SOMMES-NOUS ?

Alenium Consultants accompagne les acteurs publics et privés dans leurs transformations organisationnelle, économique et digitale. Nous intervenons tout au long du processus de transformation en nous appuyant sur de nombreux retours d’expérience et une expertise forte en diagnostic, benchmark, définition de solutions, élaboration de plans d’amélioration. Nous assistons nos clients de l’aide à la décision jusqu’à la mise en œuvre des évolutions. 

Notre approche met l’humain au centre de la transformation avec une mobilisation forte des acteurs. Nous favorisons l’écoute des opportunités et des freins et soutenons la réalisation d’actions d’accompagnement pour conduire et sécuriser le changement.

D'autres actualités