Actualités

Succès du Mobil’Hack Normandy, le hackathon sur la mobilité imaginé par Alenium Consultants pour la Région Normandie.

Comprendre, définir, idéer, prototyper, tester. Ce sont les grandes étapes du « design thinking » ou « pensée design », qui prennent pour point de départ et fil conducteur les besoins de l’utilisateur final. Ce sont ces étapes qu’Alenium Consultants a suivies pour mettre au point avec la Région Normandie le Mobil’Hack Normandy, hackathon sur la mobilité, et concevoir un événement qui permette de donner un coup d’accélérateur aux réflexions des collectivités en matière de mobilité. Ce sont par ces mêmes étapes que sont passés les participants du Mobil’Hack Normandy le 4 octobre 2018, afin de mettre au point des solutions pour améliorer la mobilité des voyageurs dans les zones peu denses de Normandie.

Le design du Mobil’Hack Normandy : de la genèse au jour J

La conception même du Mobil’Hack Normandy s’est inscrite dans une démarche inédite, en faisant appel à la créativité et à l’audace de la Région accompagnée d’Alenium Consultants. Concevoir un nouveau modèle de mobilité nécessite de sortir du cadre classique de conception des politiques publiques de mobilité. Retour sur les étapes de création.

Comprendre : c’est par une phase exploratoire qu’Alenium a entamé ses travaux sur la mobilité dans les zones peu denses pour le compte de la région Normandie. Des échanges riches et nombreux qui nous ont permis de retenir les lignes directrices suivantes :

  • L’existence de nombreuses initiatives variées, visant à améliorer la mobilité dans les territoires peu denses, initiées par des collectivités ne disposant pas nécessairement de la compétence pour organiser la mobilité sur leur territoire, ou par des associations. Covoiturage, autopartage, facilitation de l’usage du vélo, maisons des mobilités… autant d’idées tantôt testées, en service ou abandonnées, en cours de mise au point ou encore au stade de la réflexion. 
  • La volonté d’agir de nombreux acteurs locaux, mais aussi des freins à ce dynamisme, et des attentes : plusieurs personnes ont ainsi fait part d’un manque d’ingénierie au sein de leur structure, de contraintes budgétaires ou encore de manque de temps pour se consacrer au sujet. Parmi les attentes, citons des temps d’échanges entre acteurs locaux et la création d’un véritable réseau de partage sur ces sujets ou encore une Région plus proche et plus présente dans les territoires. 

Définir : de là, la question a été précisée : que peut proposer la Région Normandie de concret et efficient pour donner un coup d’accélérateur aux initiatives des collectivités normandes et faciliter l’innovation afin de faire de la Région un laboratoire d’expérimentation de solutions de mobilité en territoires peu denses ?

Idéer : pour répondre à cette problématique, Alenium Consultants a imaginé et proposé deux évènements à la Région :

  • Une journée de préparation d’un hackathon, afin notamment de : 
    • présenter le dispositif de hackathon et d’en montrer l’intérêt, ce format de travail étant globalement méconnu par les acteurs locaux ;
    • partager des éléments d’état des lieux des initiatives et projets en cours ; 
    • présenter globalement la démarche de la Région concernant la mobilité en zones peu denses, en particulier le Mobil’Hack, et donner envie d’y participer. 
  • Un hackathon sur la mobilité dans les zones peu denses. En effet, un hackathon :
    • est un dispositif de travail en accéléré, permettant en un temps réduit de formaliser des projets concrets, dans la perspective d’expérimentations rapides ;
    • il autorise la participation d’acteurs publics et privés d’horizons variés, la constitution d’équipes pluridisciplinaires couvrant les champs de compétences utiles à la mise au point de solutions pertinentes et robustes, les regards croisés et le partage d’expériences, autant d’éléments propices à l’innovation ;
    • il est compatible avec une démarche de travail opérationnelle, préparatoire à l’expérimentation. 

Prototyper : suite à la journée de préparation du hackathon qui s’est déroulée le 14 juin 2018 à l’Abbaye du Valasse, les contours du hackathon ont été précisés. Le prototype a pris forme :

  • Le lieu : le Dôme, espace collaboratif et d’innovation situé à Caen, facilement accessible ;
  • La date : le 4 octobre 2018 pendant le festival « Turfu », festival de l’innovation ouverte et de la recherche participative ;
  • La durée de l’évènement : 12h ;
  • Les participants ciblés : une campagne de communication digitale visant des personnes d’horizons variés (public/privé, Normandie/autres Régions), et de compétences complémentaires.
  • 1 équipe = 1 territoire : à chaque équipe du hackathon est associé un « morceau » de territoire normand, afin d’aboutir à des solutions fondées sur les problématiques concrètes d’un territoire donné ;
  • Une méthode de travail centrée sur l’utilisateur final, le voyageur : un travail d’équipe visant à répondre aux besoins concrets des voyageurs Normands, là encore dans une optique opérationnelle ;
  • Des apports d’expertise : la présence d’experts de domaines variés (data et informatique, mobilité partagée et innovation, prototypage, facilitation graphique, etc.) ;
  • Du coaching : un accompagnement de toutes les équipes, toute la journée, par des coachs de la Région formés par Alenium Consultants, et des coachs professionnels Alenium Consultants.

Tester : la Région a fait confiance aux consultants d’Alenium Consultants pour la conception et l’animation du Mobil’Hack Normandy le 4 octobre 2018, appuyés par les équipes régionales, et pour accompagner le jury lors de la délibération.  

Les équipes au travail au 1er étage du Dôme

Retour sur cet événement inédit

La Région Normandie a osé et a fait confiance aux équipes d’Alenium Consultants pour mobiliser des méthodes innovantes et alternatives de conception de service de mobilité. Organiser un tel événement, en faisant travailler des représentants du secteur public et du secteur privé au sein de mêmes équipes, sur ce sujet, est une première. La Région a tenté… et se voit récompensée.

Ce 4 octobre 2018, ce sont 80 participants des sphères publiques et privées, aux compétences très variées dépassant largement le strict champ de la mobilité et des transports (aménagement, urbanisme, environnement, énergie, transport, marketing, communication, design, traitement des données…), de niveaux d’expériences hétérogènes (étudiants, chargés de mission, professeurs, techniciens, élus, startupers…), qui ont répondu présents. Ils ont travaillé ensemble pour élaborer des solutions à visée expérimentale, donnant corps à l’intelligence collective » accompagnés par des « coachs » et des « experts » thématiques, leur apportant conseil et soutien tout au long de la journée. 

En fin de journée, après 10 heures de travail, les 9 équipes participantes ont chacune présenté le pitch de leur solution. Ce sont finalement 3 équipes qui ont été récompensées par le jury.

Des rêves à la réalité : "design thinking" à l'oeuvre.

Au fil des heures, toutes les équipes ont cherché à répondre aux besoins concrets de voyageurs Normands.  

  • De qui parle-t-on ? Quels besoins sont aujourd’hui insatisfaits ? 
  • Quels sont précisément les problèmes que rencontrent les voyageurs normands, et que l’équipe va devoir chercher à résoudre ? 
  • Comment résoudre le problème ? Quelle solution retenir et développer ? Fait-elle consensus au sein de l’équipe ? Est-elle convaincante du point de vue du voyageur ? et du point de vue de la Région ? Est-elle réalisable techniquement ? Financièrement ?  
  • Comment rendre la solution choisie concrète et tangible ? Comment la présenter pour la mettre en valeur ? 

De cette journée, il faut également retenir l’enthousiasme de l’ensemble des personnes présentes, impression partagée par le président du jury, Marc Millet, Conseiller Régional, lors de son discours d’introduction de la phase finale de la journée, en préambule aux pitchs des équipes. 
 

Déjeuner au soleil, au pied du Dôme

A la fin de la journée, c’est le premier test des solutions élaborées. Chaque équipe a présenté un pitch de 3 minutes par projet au jury, composé de deux élus régionaux, de deux représentants des équipes techniques de la Région et trois personnalités connaisseuses des enjeux de mobilités sur le territoire Normand : 

  • un représentant de Mov’éo, pôle de compétitivité ; 
  • un représentant d’Arkema, entreprise localisée à Serquigny ; 
  • et une représentante de la Plateforme de mobilité de Caen La Mer. 

Mises en scènes originales, souvent théâtrales, tantôt en musique, toujours en images, les équipes ont rivalisé d’imagination pour valoriser et présenter leurs projets. Le jury a apprécié. 

Ont ainsi été décrites les solutions visant à répondre aux besoins 

  • de Julie, 16 ans, apprentie coiffeuse devant se rendre sur son lieu de travail sans ses parents ; 
  • de Henri, retraité, ne possédant pas de voiture ; 
  • de Chloé, 21 ans, en recherche d’emploi… 

Si le covoiturage a été largement mis à l’honneur, de même que de nouvelles applications de mobilité, trois solutions ont été retenues par le jury, imaginées à partir des problématiques de 3 territoires distincts :   

  • Vexin Normand : une application locale de covoiturage « Jyvago », dédiée au territoire et reposant sur un réseau d’acteurs locaux favorisant l’usage de cette application (établissements scolaires, mairies, parents d’élèves …)
  • Cingal Suisse Normande : une application de covoiturage avec la création sur le territoire de points d’arrêts routiers équipés de bornes à reconnaissance vocale permettant aux voyageurs d’appeler pour être pris en charge par un covoitureur passant à proximité ;
  • Caux Seine Agglo : une plateforme numérique regroupant l’intégralité des offres de transports, et une option donnant la possibilité d’un contact direct avec un conseiller mobilité.

Et après ?  

Le véritable test des projets reste à venir. A présent c’est une phase d’expérimentation qui s’ouvre pour les 3 territoires lauréats. 

Dans le cas de Caux Seine Agglo, la réalisation de l’application de covoiturage sera financée à hauteur de 10 000 € par la Région et portée par la collectivité autorité organisatrice de la mobilité. 

Pour les territoires du Vexin Normand et de Cingal Suisse Normande, qui ne sont pas autorités organisatrices de la mobilité, c’est la Région Normandie qui portera la recherche et le développement liés au projet (accompagnement ou subventionnement en vue de la mise en œuvre du projet). 

La première étape portera sur l’approfondissement des conditions et des modalités  de mise en œuvre des projets, notamment d’un point de vue financier et technique. 

L’aventure ne fait que commencer…